Sélectionner une page

Jusqu’au 8 décembre 2023, une enquête publique relative à l’expérimentation de taxis volants en Ile-de-France et à la création d’un vertiport quai d’Austerlitz doit recueillir l’avis des acteurs et des populations.  En effet, le groupe Aéroports de Paris et Volocopter souhaitent exploiter – de mai à décembre 2024 – deux lignes de taxis volants : l’une entre les aéroports de Roissy – Charles de Gaulle et du Bourget, l’autre entre le quai d’Austerlitz et l’héliport d’Issy-les-Moulineaux.

A l’occasion de cette enquête, nous apprenons que cette dernière liaison doit survoler, dans Paris, la Seine puis le boulevard périphérique à cheval sur les communes de Paris, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly, Montrouge, Malakoff, Vanves et Issy-les-Moulineaux.

Aucune des communes de banlieue traversée n’a été informée préalablement de ce projet et toutes sont exclues du périmètre géographique de la présente enquête publique. C’est inacceptable !

Pourtant, les taxis volants survoleront les territoires que nous représentons et leurs habitants à une hauteur de 150 mètres au-dessus des obstacles au sol. Trois décollages-atterrissages par heure sont prévus au maximum sur une plage horaire de 10 heures par jour, soit 1900 vols durant la phase d’expérimentation de 8 mois.

A l’occasion de cette enquête publique, nous exprimons notre stupéfaction et notre inquiétude. Comment un tel projet peut être mené sans tous les Maires des communes survolées ? Sans être opposés par principe à cette technologie, nous restons dubitatifs que cette première mondiale se déroule dans une des zones les plus denses du pays avec une densité comprise entre 10 451 et 27 238 habitants par km².

Par ailleurs, malgré les données qui se veulent rassurantes concernant le bruit, l’exposition des populations et du milieu naturel à des bruits supplémentaires s’avère difficilement acceptable. Nous constatons en effet qu’une bande de 110 mètres de large sera exposée, au sol, à 60/65 décibels à chaque passage d’aéronef, malgré une altitude de 150 mètres de l’engin. Si l’on peut admettre que ce bruit sera couvert par le tarif routier en journée, nous doutons que cela se vérifie le dimanche et en août, moments de respiration dans la ville.

De plus, l’impact des survols sur la sécurité routière est occulté. Alors que la fréquentation du tronçon du boulevard périphérique compris entre la Porte d’Italie et celle de Bercy dépasse 300 000 véhicules par jour, comment ignorer les conséquences pour les automobilistes qui pourraient être distraits par ces engins augmentant les risques d’accidents sur cet axe stratégique ?

A ces réserves sérieuses, nous ajoutons que la pérennisation de ces taxis volants – envisagée dans le dossier d’enquête – constituerait un signal désastreux pour les usagers des transports. Alors que les conditions de transports en commun se dégradent d’année en année, favoriser les mobilités individuelles coûteuses est incompréhensible. Au tarif de 110 euros le trajet, ces taxis volants symbolisent une forme de séparatisme social que nous refusons à l’heure où les inégalités sociales et territoriales se creusent dans notre région.

Pour toutes ces raisons, nous invitons la population à se saisir de l’enquête publique et nous déposerons respectivement des contributions pour que le projet soit abandonné au profit d’investissements utiles au plus grand nombre et non à quelques-uns.

 

Jacqueline BELHOMME

Maire de Malakoff

 

Philippe BOUYSSOU

Maire d’Ivry-sur-Seine

Jérôme COUMET

Maire du 13ème arrondissement de Paris

Jean-Luc LAURENT

Maire du Kremlin-Bicêtre

 

Carine PETIT

Maire du 14ème arrondissement de Paris

 

Patricia TORDJMAN

Maire de Gentilly

Céline MALAISÉ

Conseillère régionale d’Ile-de-France

Présidente de la Gauche Communiste, Écologiste et Citoyenne

Page generated in 0,811 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This