Sélectionner une page

En décembre dernier, lors de l’examen du projet de budget 2024, notre groupe alertait concernant la réduction de 82% des crédits alloués aux aides régionales à la mobilité internationale des étudiant·es d’Ile-de-France.

Malgré plusieurs questions de notre groupe à l’exécutif et le dépôt d’un amendement sur le sujet, la droite régionale n’a jamais fait état d’une quelconque disparition de ces aides. Comprises entre 250 et 400 €, ces aides sont dédiées aux étudiant·es de BUT, licence ou master effectuant, dans le cadre de leurs études, un séjour à l’étranger compris entre 1 et 10 mois.

Sollicité par des directions d’universités franciliennes, notre groupe apprend l’arrêt de ces aides. En effet, les services de la Région Ile-de-France ont informé les universités concernées de cette décision prise en catimini par l’exécutif régional en 2023, année où la jeunesse a été déclarée « grande cause régionale »… Grande cause toujours !

L’arrêt de cette bourse – modeste par son montant individuel et à l’échelle du budget régional – constitue une mesure comptable absurde.

Ce choix politique pénalise d’abord les étudiant·es issus de milieux populaires pour qui le coût constitue le premier frein à la mobilité internationale. Cette décision de la majorité de Valérie Pécresse rentre également en pleine contradiction avec l’ambition d’une collectivité qui agit en faveur du rayonnement international de l’Ile-de-France.

Dans une question écrite adressée hier à Valérie Pécresse, notre groupe lui demande de revenir sur cette décision dans l’intérêt des étudiant·es et des familles.

Les élu.es de la Gauche Communiste, Écologiste et Citoyenne

Céline Malaisé, Présidente de groupe

Vanessa Ghiati, Colette Gergen, Cécile Dumas,

Fabien Guillaud-Bataille, Didier Mignot, Lamine Camara

Page generated in 0,704 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This