Sélectionner une page

Les usagers des transports d’Ile-de-France subissent des conditions de voyage particulièrement dégradées : temps d’attente exceptionnellement longs, ponctualité en baisse, rames bondées… Alors que le réseau de transport francilien, notamment grâce au tarif unique du passe Navigo, doit être un outil d’équité et de liberté, il est devenu un marqueur sensible des inégalités territoriales et déséquilibres sociaux de la région, pour celles et ceux les plus éloigné.es des centres économiques. La récente crise des carburants creuse ces inégalités de manière exponentielle.

Les crises qui affectent nos concitoyen.nes – environnementale, économique, du lien social, des carburants et des énergies – nécessitent des réponses en matière d’infrastructures de transports abordables, fiables et sécurisées.

Aux conséquences de la baisse de l’offre décidée par Ile-de-France Mobilités, s’ajoutent d’importants retards dans les investissements de modernisation des infrastructures.

Ces dernières semaines ont d’ailleurs connu une succession de mauvaises nouvelles : énième report du volet mobilités du Contrat de Plan Etat-Région, dégradation de la régularité de nombreuses lignes, nouveaux retards du prolongement du RER E à l’Ouest et des nouveaux trains du RER D, possible abandon du système d’exploitation Nexteo sur les RER B et D, etc.

Parallèlement, Ile-de-France Mobilités poursuit la privatisation du réseau de bus RATP provoquant un affaiblissement considérable du service par la dégradation des conditions de travail des conductrices et conducteurs. Ce processus et des salaires en berne provoquent une véritable fuite des machinistes et une crise des vocations. La mise en concurrence des nouveaux bassins OPTILE provoquent également des difficultés majeures en grande couronne à l’image des récents incidents en Seine-et-Marne, Essonne, Yvelines, Val d’Oise…

Il y a urgence à sursoir cette privatisation – financée par l’endettement – pour retrouver le niveau de service qui faisait la notoriété mondiale de la région.

Alors que cette réalité pénalise les usagers, les salariés des transports, les collectivités et l’activité économique, Valérie Pécresse a annoncé l’augmentation prochaine des tarifs. Malgré l’inflation et la crise sociale, une hausse massive du passe Navigo pouvant atteindre 20 euros par mois est redoutée, dès janvier 2023.

Les usagers des transports franciliens verraient ainsi sanctionnés leur porte-monnaie et leur usage vertueux des transports collectifs.

Face à cette situation inacceptable, une campagne régionale d’information baptisée « Stop galère » a été lancée le 20 octobre 2022. En quelques jours, plus de 10 000 usagers se sont rassemblés autour de mots d’ordre d’intérêt général : gel les tarifs, mobilisation de nouveaux financements, rétablissement de 100% de l’offre de transport, arrêt la privatisation…

Certes, les difficultés d’Ile-de-France Mobilités sont réelles et les causes multiples. Toutefois, l’urgence sociale et climatique exige des solutions ambitieuses, historiques, à l’image des plans d’urgence et des mesures tarifaires mises en œuvre en Allemagne notamment.

Alors que des financements alternatifs existent pour investir tout en épargnant les ménages, ils n’ont pas trouvé – pour l’instant – l’oreille attentive que la gravité de la situation exige.

Pourtant les usagers expriment leur fatigue voire une colère légitime. Il est de la responsabilité des décideurs publics et du Gouvernement d’entendre et d’agir, enfin.

C’est dans cet état d’esprit que 24 Maires et 1 Président de territoire* rejoignent ce jour la démarche « Stop Galère » pour peser sur l’amélioration et l’avenir des transports franciliens. Elles et ils sollicitent, aux côtés des Conseillères et Conseillers régionaux à l’initiative de la mobilisation, un rendez-vous auprès de la Première Ministre pour faire entendre la voix des usagers et des élu.es francilien.nes.

* Arcueil, Bagneux, Bobigny, Bonneuil-sur-Marne, Boissy-Saint-Léger, Champs-sur-Marne, Chevilly-Larue, Colombes, Fleury-Mérogis, Fontenay-sous-Bois, Fosses, Gennevilliers, Gentilly, Grand Orly Seine Bièvre, Grigny, Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Limay, Malakoff, Mitry-Mory, Montreuil, Noisy-le-Sec, Orly, Pierrelaye, Villejuif


Nous suivre sur les réseaux


Communiqués


Eviter la hausse du passe Navigo : c’est possible !

Eviter la hausse du passe Navigo : c’est possible !

Ile-de-France Mobilités connait, depuis plusieurs années, une crise de financement. Utilisant la crise sanitaire comme prétexte, Valérie Pécresse n’assume pas la gravité de la situation. Le 8 septembre 2020, Valérie Pécresse déclarait « la crise du covid ne coûtera...

lire plus
Page generated in 1,125 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This