Sélectionner une page

Le ciel s’assombrit au-dessus des taxis volants qui devaient survoler l’Ile-de-France à compter d’août 2024.

Comme nous l’indiquions dès le 26 avril 2024, le constructeur allemand des eVTOL, Volocopter, serait sur le point de faire faillite. Jugée « activité à haut risque » par les pouvoirs publics d’outre-rhin, toute aide financière publique pour sauver l’entreprise est écartée à deux reprises et pourrait aboutir, selon le PDG de l’entreprise, à sa faillite rapide.

Cette perspective remet en cause le déploiement des eVTOL en Ile-de-France pour lequel Valérie Pécresse s’est personnellement investie. La Présidente de la Région a, en effet, octroyé 1,5 million d’euros de subventions régionales pour construire le vertiport expérimental de Pontoise en 2020 et le futur vertiport, prévu à l’été 2024 quai d’Austerlitz à Paris. Le chantier de ce dernier, annoncé pour avril 2024, n’a toujours pas débuté. La faillite du constructeur Volocopter pourrait sonner le glas des taxis volants en Ile-de-France. Un tel échec serait synonyme d’une nouvelle gabegie de subventions régionales alors que Valérie Pécresse a engagé 1,5 million d’euros, sans garantie et en connaissance des risques encourus, et le groupe ADP plus de 5 millions d’euros à notre connaissance.

Pour rappel, le projet de vertiport parisien et le déploiement des taxis volants ont reçu des avis défavorables de la part d’une commission d’enquête publique en février 2024 et de l’autorité environnementale à l’automne 2023. Ces autorités indépendantes pointaient notamment le défaut d’information de la population et les impacts environnementaux de taxis volants dont les vols commerciaux auraient été réservés aux plus fortunés. Pour passer outre ces avis négatifs, un accord ministériel était nécessaire. Il n’a pas toujours pas été délivré à ce jour, témoignage certain de doutes au plus haut sommet de l’Etat. L’absence d’autorisation n’a pas dissuadé le groupe ADP de construire le vertiport de Saint-Cyr – L’Ecole dont les travaux sont désormais achevés, sans concertation, ni information des populations survolées.

Malgré les alertes, le directeur général exécutif du groupe ADP a donc souhaité passer en force et multipliait les soutiens et investissements publics dans ce projet décrié. Depuis quelques semaines, le groupe ADP et Valérie Pécresse se font fait plus discrets à ce sujet. Le premier refuse de répondre à la presse à ce jour, la seconde a mis beaucoup de distance avec le projet lors d’une audition au Sénat le 15 mai dernier. Et pour cause : l’homologation, par la DGAC des aéronefs eVTOL de Volocopter, n’est pas délivrée à notre connaissance. A deux mois des Jeux de Paris 2024, ces engins ne peuvent pas voler en France !

L’argent public en provenance du groupe ADP et de la Région ont ainsi accompagné la conquête de marchés de Volocopter dans le monde, en Arabie Saoudite notamment. Il ne s’agit pas, de notre point de vue, du rôle de la Région, ni un bon usage de l’argent public.

Alors que le Président de la République et le Chancelier allemand affichaient ensemble leur soutien à Volocopter en janvier 2023 dans la cour de l’Elysée, cet engouement ira-t-il jusqu’au sauvetage financier de l’industriel allemand qui comptait sur les Jeux de Paris 2024 pour prendre son envol ? C’est désormais la seule question à laquelle nous n’avons de réponse et à laquelle est suspendu le sort de quelques vols de démonstration promotionnelle lors des JOP.

Céline Malaisé

Présidente de la Gauche Communiste, Écologiste et Citoyenne

 

 

 

Retrouvez l’avis du groupe déposé dans le cadre de l’enquête publique : Avis du groupe GCEC sur les taxis volants – Vertiport Quai d’Austerlitz

Retrouvez le communiqué commun du groupe avec les Maires des 13e et 14e arrondissements de Paris, d’Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly et Malakoff : Communiqué commun Paris-Banlieue

Page generated in 11,285 seconds. Stats plugin by www.blog.ca
Share This